Retraite annuelle des confrères œuvrant au Rwanda.

Retraite annuelle des confrères œuvrant au Rwanda.

Alors que la retraite annuelle rassemble normalement des confrères venant des trois pays de l’AGL, cette année un programme de retraite adapté au moment de la pandémie de covid-19 nous fut proposé. Se déplacer d’un de ces trois pays à un autre était une affaire impossible. C’est ainsi qu’une date de retraite fut convenue pour les confrères œuvrant dans chacun de ces pays.
Au Rwanda, la retraite annuelle se passa au Foyer de Charité de Remera-Ruhondo, au Nord du Rwanda, du 26 juillet au 1er août 2020 et fut animée par le Père Jacques Verheyden, sdb.
Les retraitants arrivèrent au Foyer de Charité le dimanche 26 juillet vers 17h20. Ils furent bien accueillis par les responsables de la maison, qui leur demandèrent de continuer à observer les méthodes de prévention contre le coronavirus.
Après l’installation, la retraite commença avec la prière des vêpres, le mot du soir et une petite introduction à la retraite donnée par le prédicateur. « Ce ne sont pas les conférences qui comptent le plus, mais notre rencontre personnelle avec le Christ à travers le silence, l’écoute de la parole de Dieu, la prière et les sacrements, » disait-il. Il a aussi rappelé la signification de la retraite telle que tracée dans les constitutions de la Société de saint François de Sales, surtout dans l’article 90.
Au début, le Père Jacques nous a présenté le livre Vivre le Christianisme, œuvre du Père François Varillon, prêtre jésuite français mort en 1978, dont il s’est inspiré pour préparer ses conférences. Tout au long de la retraite il a développé différents thèmes : connaissance du pardon de Dieu, la vie ordinaire à Nazareth pendant trente ans, avec, comme sous-thèmes, la pauvreté et l’obéissance ; la Visitation et le Magnificat, la liberté de Jésus, l’hymne à la charité (1 Cor 13)
À part les conférences, le recueillement personnel et la prière, la retraite fut marquée par plusieurs autres moments importants. Il y eu des mots du soir très édifiants au cours desquels quelques confrères nous ont partagé ce qu’ils vivent dans leur expérience apostolique personnelle et communautaire. Un témoignage qui nous a touchés particulièrement fut celui du Père Joseph Kabadugaritse, qui a eu la grâce de faire sa première retraite à ce Foyer de Charité à Ruhondo ; c’était en 1972, il était novice à ce moment-là. Au bout de son expérience du noviciat qu’il a vécu au Lycée Don Bosco de Ngozi, Collège Burengo à cette époque, il y fut envoyé avec les deux autres novices, Bigirimana Joseph et Ndarugendamwo Melchior, pour se préparer à la première profession. Leur retraite fut animée par le Père Guy Claassen qui était alors Père du Foyer. À entendre ses paroles enthousiastes, ce fut pour le Père Joseph un événement inoubliable.
Mercredi était un jour dédié à la prière pour les confrères défunts. Le soir, les retraitants se sont rassemblés autour de la tombe de feue KANKINDI Chantal, membre du foyer décédée en 2003, en vue de prier pour nos frères et sœurs salésiens qui sont morts. Des confrères ont apporté des témoignages au sujet de quelques confrères qui ont travaillé en AGL et qui nous ont précédés au ciel.
Tous les jours, dans l’après-midi, les confrères ont prié le chapelet en commun, sauf le vendredi, où il y avait le chemin de croix ; le jeudi après-midi était réservé à la célébration du sacrement de la réconciliation.
À la veille du retour au bercail, vendredi soir, le Père Pierre Célestin Ngoboka, Provincial, est venu spécialement de Kigali : il a donné le mot du soir, il a félicité les confrères pour ce moment de renouvellement qu’ils venaient de vivre, il a aussi rappelé l’importance de la vie intérieure et spirituelle et les défis auxquels font face les religieux dans le monde actuel. « Nous devons faire attention de ne pas mener une vie religieuse sans le Christ (senza Dio) » disait-il. La retraite s’est clôturée par le renouvellement des vœux, par tous les confrères, pendant la messe du samedi matin présidée par le Père Provincial.
On pouvait lire sur le visage de chacun la joie pour les grâces reçues sur cette belle colline où est implanté le Foyer de Charité « Vierge des Pauvres ».
Enock KUBWIMANA sdb.




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *