La chapelle publique de la communauté de Gatenga est une chapelle qui est bien placée dans son environnement,  à voir le grand nombre de chrétiens qui la fréquentent. La chapelle qui a été renouvelée de fond en comble est toujours en cours de construction mais cela n’empêche pas le déroulement des activités liturgiques.

Ce samedi 24 novembre 2018 était une journée de rencontre pour les chorales de Gatenga et environs afin de célébrer sainte Cécile, patronne des chorales et des musiciens. La soirée a commencée avec la messe de sainte Cécile qui a débutée à 16h30’, célébrée par Père Frédéric Murindangabo qui était entouré, entre autres, par notre nouveau confrère, Père. Grégoire Assiene, arrivé la veille pour rejoindre notre communauté. Cinq chorales, le groupe des prénovices et environ 1500 chrétiens s’y étaient réunis et la messe était animée par la chorale Urumuli. Il y’avait aussi  la chorale Saint Paul de GIKONDO, la chorale Sainte Thérèse de la Communauté de l’Emmanuel, la chorale Christus Vincit de GATENGA, la chorale Dukundane bavandimwe de Gatenga, le groupe des prénovices et la chorale Urumuli de Gatenga.  Dans son homélie, le P. Fréderic a parlé de la vie de sainte Cécile,  sa promesse au Seigneur de rester vierge et sa persévérance devant les embûches de l’ennemi. « Qui chante bien prie deux fois » a dit Saint Augustin d’Hippone. Ceci doit nous rappeler ce que nous faisons chaque fois que nous chantons : nous sanctifier en aidant les chrétiens à bien prier.

Après la bénédiction finale de la messe, les festivités ont continué avec la soirée proprement dite où toutes les chorales, à tour de rôle, ont présenté de très beaux chants bien préparés. C’était une grande joie dans les cœurs des chrétiens : chacun se sentait en présence des anges.

Après les chants de louange des voix bien harmonisées, le P. Innocent Gatete a donné le mot du soir suivi par la bénédiction finale. Après cela, nous nous sommes dirigés vers la grande salle de l’oratoire de Gatenga pour partager un fanta, après quoi chacun est retourné chez soi dans la paix.

Célestin Ntakiyimana, sdb

Go to top